Fév 28 2012

Après l’effort, le réconfort.

Mes incontournables au retour de voyage après avoir mangé des « menus – avion réchauffés »  les coudes serrés et bu du café instantané à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

Au petit resto

Tartare de cheval, salade de chou et rondelles d’oignon à la bière.

Mamie Clafoutis

Tarte à l’ancienne mangue et amande.

(Va falloir aussi que je passe chez Olive et Gourmando)


Fév 28 2012

Réagir et agir

 Arusha, Tanzanie après l’ascension du Kilimandjaro.
Une fois le portail de l’orphelinat Tumaini franchi, Joseph 5 ans m’a pris la main. Ses petits doigts n’ont lâchés prise qu’à mon départ.
Quelques heures auparavant, Achedo mon assistant tanzanien me demandait quelle était ma prochaine destination. « Haïti » lui dis- je, pour aider 126 enfants d’une école primaire près de Port-au-Prince. Un voyage solidaire et sportif…

Mais pourquoi pas aussi une aide en Tanzanie ? Après avoir gravi 21 fois le Kili, il est temps.

L’orphelinat-école héberge une quarantaine de jeunes garçons et filles. Sur son lit, un enfant de trois ans fait la sieste, ses parents sont morts du sida il y a quelques mois. Tout est propre, en ordre, les lits bien faits, des dessins sur les murs, une classe avec de pupitres en bois colorés, des tableaux noirs, un petit terrain de soccer, deux vaches laitières et un potager. J’oubliais… un pneu suspendu à une branche d’arbre.
À part leur famille, les enfants ne manquent apparemment de rien.
Si me dit le directeur : une vraie balançoire !

Lors de la prochaine ascension du Kili en septembre, les participants apporteront la grande balançoire. La commande est passée chez le fabriquant à Arusha..
Joseph me prendra t-il encore la main?