Juil 2 2015

Exploration et volcans en Amazonie équatorienne

Sumaco, Sanguay, El Altar

Ecuador Sangay 4

voyage d’exploration réalisé en janvier 2016

Traverser la jungle amazonienne à la recherche des volcans Sangay et Sumaco, escalader le plus haut sommet du massif de El Altar, réputé le plus difficile et le plus technique d’Équateur, voilà ce que vous propose L’échappée belle en janvier 2016. Si vous aimez l’inédit, la jungle, les volcans, les défis, l’ascension du Sangay, du Sumaco et de El Altar, c’est pour vous !

Le volcan Sumaco 3800 m

Situé au milieu de la forêt tropicale humide, le stratovolcan Sumaco est éloigné de tout village. La végétation a envahi ses flancs à l’exception de son cratère d’un diamètre de 300 m. On y retrouve six zones climatiques et plus de 6000 espèces de plantes dont 90 espèces endémiques. À l’intérieur de la Réserve Biosphère de Sumaco (1) vivent jaguars, pumas, fourmiliers, ocelots, serpents, tatous géants et grenouilles. Les dernières éruptions datent de 1865 à 1925.

Le volcan Sangay 5250 m

Cône presque parfait, le Sangay est l’un des volcans les plus actifs dans le monde. Il comprend trois cratères, dont un seul est accessible. Son approche n’est pas facile « … chaque pas est arraché à l’enchevêtrement impénétrable du sous-bois. » L’isolement de la région a permis de maintenir une écologie vierge et relativement épargnée par l’interaction humaine ; le parc accueille un biome allant de glaciers alpins sur les sommets des volcans à la forêt tropicale sur ses flancs.

Immense réserve abritant un nombre incalculable de richesses naturelles, le parc  Sangay s’étend sur près de 570 km². L’espèce protégée la plus célèbre est sans doute le tapir qui orne l’emblème du parc. Plusieurs volcans sont dans les limites du parc national : le Tungurahua (5016 m) dans la partie nord, El Altar (5319 m) dans la partie ouest ainsi que le Sangay (5230 m) un peu plus au sud que ce dernier.

L’attrait du Sangay tient dans le mystère qui l’entoure. Très peu de photographies sont disponibles contrairement à tous les autres sommets équatoriens. De plus, il est très souvent caché par des brumes qui l’entourent. Il se peut donc que vous l’entendiez avant que vous ne le voyiez. Et lorsque soudain il vous apparaitra pour la première fois, vous risquerez à votre tour d’être subjugué par le spectacle du volcan dominant la jungle de toute sa grandeur. La régularité des formes et la blancheur de la neige sommitale accentuent l’impression de force qu’il dégage.

El Altar, le pic Obisco 5320 m

Sommet le plus difficile de l’Équateur, L’Altar est un volcan éteint, il est formé de 9 pics de plus de 5000 m disposés sur le pourtour d’un cirque ; dans le fond de la caldeira, la lagune Amarilla, 4200 m. Le sommet culminant est le pic Obisco, 5320 m.

Une pente raide mène au glacier supérieur. De là, par un couloir de glace à 60o nous atteignons un col sur la crête sommitale. La dernière partie de l’ascension est du rocher de classe 5. Descente en rappel.

 Les mois de décembre à février correspondent à l’époque la plus sèche, c’est donc la période la plus propice pour l’ascension.

Vous aimerez:

La marche dans la jungle équatorienne

Se sentir comme un explorateur du XVIe siècle.

Moins de 100 personnes par année gravissent le Sangay !

L’hébergement au Luna Runtun, spa et réconfort

Inscription et informations

jpdanvoye@lechappeebelle.com

SS1SS2

SS4Ecuador Sangay

Ecuador Sangay 3el altar 415986-Modifier

Ecuador 1

 


Juil 2 2015

Ascensions dans la Puna Argentine

Aventures hors des sentiers battus de 4000 à 6500 m

Voyage réalisé en février 2016

Incahuasi

 

Au nord ouest de l’Argentine, dans la province de Catamarca, se dressent plus de 20 sommets de 6000 m.

Cette région désertique de la Cordillère des Andes, s’appelle la Puna. Située entre 3 500 et 4 800 mètres d’altitude, le climat y est frais. Son relief est constitué de hauts plateaux, de volcans, de lacs et de lagunes salées.

 Notre expédition se déroule dans cette immense étendue de dunes spectaculaires.

Au cours des millénaires, le sable provenant des multiples éruptions volcaniques a été emporté vers l’est par le vent et s’est accumulé sur les chaines de montagnes des rivières Fiambalá, Aubucá et Colorado.

Les dépôts volcaniques les plus récents proviennent d’éruptions datant de plus de 5000 ans. Les matières pyroclastiques érodées ont été transportées par le vent et ont formés ces dunes gigantesques…

La Puna est une région sauvage, peu fréquentée. Pour la sécurité nous partons avec deux véhicules 4×4 et deux chauffeurs.

Loin des repères familiers ou de toutes formes de routine personnelle, cette expédition est d’une intensité d’être sans commune mesure avec la vie quotidienne.

Cinq sommets de 4000 à 6500 m.

Coquena 4000 m     Pastos Largos 4100 m     Falso Morocho 4500     

Beltrán 5275      Incahuasi 6540 m

Inscription et informations

jpdanvoye@lechappeebelle.com

Puna 2

OLYMPUS DIGITAL CAMERA